La “malnutrition culturelle”

La “malnutrition culturelle”

Sophie Marinopoulos
© yapaka.be

Je suis tombée sur un article très intéressant mais aussi alarmant, en parcourant mon fil d’actualités sur Facebook. Intitulé “Aujourd’hui, le manque d’éveil culturel et artistique des tout-petits est un fléau sanitaire”, il est rédigé par Julia Vergely qui interroge la psychanalyste Sophie Marinopoulos.

Au début du mois de juin 2019, Sophie Marinopoulos a rendu un rapport au Ministre de la culture française intitulé “Une stratégie nationale pour la Santé Culturelle – promouvoir et pérenniser l’éveil culturel et artistique de l’enfant de la naissance à 3 ans dans le lien a son parent“. Spécialiste de l’enfance et créatrice des “Pâtes au beurre“, elle fait souvent mention de “Malnutrition culturelle” dans ce document. Elle pointe du doigt les dangers du manque d’attention et d’accompagnement des parents dans l’éveil des touts-petits.

Malnutrition culturelle, késako?

Pour cette psychanalyste, la malnutrition culturelle est “un ensemble de comportements que nous avons aujourd’hui et qui entrave la qualité du lien parent-enfant et in fine du lien social”. Derrière cette notion de comportements, Sophie Marinopoulos fait référence aux attentes des parents face à leurs enfants dans cette société qui va de plus en plus vite et qui tend toujours plus vers la performance. Toutefois les enfants apprennent par les échecs en répétant plusieurs fois les mêmes expériences. Difficile donc d’imposer à nos mômes les mêmes objectifs que ceux nous avons en tant qu’adulte. Malheureusement, un nombre grandissant de parents souhaitent des enfants mais sans l’enfance avec ses bruits, ses turbulences et parfois ses situations difficiles.

On parle d’enfants instables, mais moi je questionne une société d’adultes où des enfants doivent trouver des tas de stratégies pour avoir notre attention, susciter notre parole à leur encontre. Les adultes sont constamment sur leur portable, si nous sommes bien là physiquement, nous ne sommes pas là psychiquement.

Les conséquences

Les enfants rencontrent des problèmes de langage avec une diminution de la qualité d’expression. Malgré une santé physique correcte, les enfants ont une vie interne, c’est-à-dire une santé psychique, relationnelle et culturelle, en moins bonne santé. Ils sont plus anxieux, parfois découragés et arrivent moins à s’exprimer. Et, il en va de même pour les adultes.

Il y a des fléaux sanitaires propres à chaque siècle, ce ne sont jamais les mêmes. Avant, cela concernait les corps, aujourd’hui, notre fléau, le manque d’éveil culturel et artistique des tout-petits, s’attaque au psychisme, et je ne vois pas pourquoi on l’ignorerait.

Comment y remédier ?

Pour Sophie Marinopoulos, le meilleur des remèdes est la culture. La mise en place d’une politique culturelle pour les tout-petits ainsi que la valorisation de l’éveil culturel par des approches artistiques pour les enfants de 0 à 3 ans est à préconiser.

Nous devons réussir à allier les professionnels de l’enfance aux artistes, repenser leurs formations de manière à ce qu’ils puissent conjointement approcher nos tout-petits et participer à leur éveil. C’est cette politique d’attention qui protégera le lien parents-enfants. Faire d’un enfant le sujet de notre attention lui permet de naître à l’altérité.

Pour la spécialiste de l’enfance, les pédiatres ne doivent pas s’attarder uniquement sur les notions de poids et de centimètres lors des contrôles. Ils devraient également s’intéresser à la vie affective et émotionnelle des enfants.

… regarder l’appétence d’un enfant à écouter, à s’engager dans le langage, sa curiosité, sa manière de se mouvoir, d’écouter de la musique, de s’intéresser aux livres… Tout cela fait partie du développement de l’enfant.

Référence de l’article

Julia Vergely. Aujourd’hui, le manque d’éveil culturel et artistique des tout-petits est un fléau sanitaire. In : Télérama.fr, 26 juin 2019

A lire aussi

Laisser un commentaire

*

code

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :